Association Nationale du Souvenir de la 1° D.B Polonaise

Marynarka Wojenna

  MARYNARKA WOJENNA

(La Marine de Guerre)

La taille de la Marine de Guerre Polonaise lors du 2° conflit mondial est modeste mais le nombre d'opérations effectuées par elle ne l'est pas :

Bataille de la Baltique, Narvik, Évacuation de Dunkerque, Défense des côtes Anglaises, Convois de l'Atlantique et de Mourmansk, Bataille de la Méditerranée, Raid sur les îles Lofoten, Débarquements de Dieppe, Saint Nazaire, de Sicile, d'Italie et de  Normandie ...

De plus le problème des effectifs en hommes, pas en navires, se posera toujours, pour y palier en 1939 un appel est lancé en France, environ 700 volontaires se présenteront au camp de Coëtquidan, 347 partiront en Angleterre début avril.

Les autres volontaires sont retenus pour la cession suivante ... de mai 1940, ils ne rejoindront jamais l'Angleterre, du fait de l'invasion de la France.

L'histoire de cette marine est méconnue, voire ignorée, pourtant jamais elle ne se résigna, ni ne se saborda ... et les exploits qu'elle accomplit sont nombreux et méritent d'êtres en partie exposés ici.

  L'ENTREE EN GUERRE

Le 1er septembre 1939 à l'aube, le vieux cuirassier Allemand SCHESWIG-HOLSTEIN ouvre le feu sur la petite garnison de la WESTERPLATTE à DANTZIG (GDANSK). Celui-ci est en "visite de courtoisie", en fait cela lui permet de déclencher le deuxième conflit mondial. Les Allemands sont très optimistes, ils prévoient une issue rapide. Mais ils oublient de faire entrer, dans leurs hâtives prévisions, l'héroïsme des marins Polonais.

Il leur faut plus de sept jours, en dépit du tir incessant du cuirassier Allemand, soutenu par plusieurs escadrilles de "STUKAS" et 5 000 fantassins pour venir à bout de la garnison qui ne consent à se rendre qu'après avoir épuisé toutes ses munitions et vivres. Ce fait d'armes des marins Polonais est prometteur de bien d'autres actions d'éclats. L'apogée en sera l'entrée dans le port de WILHEMSHAVEN de l'ORP CONRAD, premier navire allié à y pénétrer. Mais pas les premiers Polonais puisque le plus grand port d'Allemagne est déjà occupé par la 1ère Division Blindée du Général MACZEK. Les hasards de la guerre ont conduit en ce même lieu les troupes
Polonaises victorieuses.

Mais en attendant cet instant, le port de GDYNIA est lui aussi attaqué et malgré sa défense par des petits navires de guerre, il tombe lui aussi. La garnison de la presqu'île de HEL résiste jusqu'au 3 octobre 1939, finalement elle se rend mais avec les honneurs de la guerre, ainsi que son commandant le Contre Amiral UNRUG.


Mais la marine de guerre dont une partie est déjà en mer refuse de cesser le combat. Plusieurs navires et sous-marins s'échappent en essayant d'infliger des pertes aux bâtiments ennemis. Les navires et sous-marins Polonais vont dans des circonstances diverses tenter de rejoindre l'Angleterre. L'ORP ORZEL un sous-marin va mettre plus d'un mois pour rallier l'ECOSSE. Ayant épuisé ses ressources il se réfugie dans un port neutre  en ESTONIE ou celui ci est retenu et immobilisé. Après avoir été "soulagé" de ses torpilles, armes de poings et cartes, les marins Polonais faussent compagnie à leurs hôtes et parviennent à appareiller. Ceci sous le feu des batteries côtières et navigant au sonar. Finalement, dressant une carte de mémoire les officiers et marins de l'ORP ORZEL rejoignent l'ECOSSE 44 jours après leur départ de Pologne.

LES FRANCUSKIS

En France, en 1939, des annonces paraissent dans les journaux à la recherche de volontaires pour la Marine de Guerre Polonaise.

Des fils d'immigrés Polonais vont répondre à cette demande, ils sont environ sept cents, mais seulement 347 rejoignent COËTQUIDAN en mars 1940.

Ils y suivent la spécialité de marin, puis sont transférés à PONT CHÂTEAU pour la compléter et prêter serment.

Fin avril, ils sont embarqués dans de tous neufs uniformes pour le Royaume Uni. A PLYMOUTH, ils embarquent sur leur premier navire école. Ils arrivent non sans peine à s'intégrer et se faire accepter par ceux venus de Pologne.

Comme leurs camarades ils participent à tous les combats : beaucoup ne reviendront pas.

L'ANGLETERRE

La flotte Polonaise si petite à l'origine se trouve alors réduite à peu de choses. L'Angleterre fournit aux nombreux volontaires des navires, dont certaines unités neuves, car il y a assez d'hommes pour former des équipages.

SUR TOUTES LES MERS

Fin septembre 1939, le BLYSKAWICA coule le premier sous-marin allemand de la guerre. En mai 1940, trois destroyers Polonais participent aux opérations de débarquement en NORVEGE, l'ORP GROM, touché à mort par les bombardiers Allemands, sombre.

En juin 1940 la BURZA participe à l'évacuation des troupes alliées à Calais, la BLYSKAWICA elle, est à DUNKERQUE.

Un an après le PIORUN fait partie des destroyers qui poursuivent et coulent le BISMARK.

Les navires Polonais sont de l'expédition du SPITZBERG et en Méditerranée où ils opèrent dans la zone avancée de Malte.

En 1942, le convoi PQ16 dont le GARLAND repousse pendant sept jours douze assauts aériens et sept attaques de sous-marins. Le marin WROBEL y gagne la seule médaille VIRTUTI MILITARI du contingent des 347 volontaires de France (une des 49 accordées par l'Amirauté pendant le conflit !).

La même année la bataille de MALTE se poursuit avec acharnement, le KUJAWIAK saute sur une mine non loin de là, il n'aura navigué qu'un an.

En août, le 19, c'est l'ORP SLAZAK qui prend part au raid de DIEPPE, il escorte des commandos alliés qui doivent s'emparer d'une batterie. C'est lui qui totalise le plus grand nombre d'avions abattus ce jour là. Il sauve également de nombreux soldats Canadiens de la noyade ou de la captivité.

En 1943 le SOKOL et le DZIK participent au débarquement de SICILE, puis ce dernier torpille et coule un transport de troupe dans le port de BASTIA qu'essaie d'évacuer l'ennemi.

 L'ORP ORKAN exécute la triste mission de transporter la dépouille du Général SIKORSKI, quelques mois plus tard, le navire heurte une mine et coule avec 175 membres d'équipage. Les marins disaient que transporter un mort porte malheur ...

Dans la nuit du 05 au 06 juin 1944 le SOKOL et le DZIK déposent des nageurs de combat. Ils doivent détruire les obstacles des plages, puis les sous-marins servent de balises pour les nombreuses vagues d'assaut.

Le DRAGON, le SLAZAK et le KRAKOWIAK opèrent dans le secteur britannique du débarquement. Ils pilonnent la côte de leurs canons, souvent à la demande des troupes à terre et avec succès. Ils escortent également les renforts entre l'Angleterre et la France.

Les destroyers PIORUN et BLYSKAWICA sont dans le secteur américain. Ils interceptent un convoi Allemand et lui inflige de lourdes pertes. Jusqu'à fin juin, ils patrouillent dans la MANCHE.

Au large d'ARROMANCHES, le DRAGON est victime d'une torpille humaine, il y a des morts, le navire est ensuite sabordé en guise de digue pour le port artificiel.

Jusqu'à la fin de la guerre, la Marine Polonaise escorte des convois, chasse des sous-marins, sauve des aviateurs tombés en mer et patrouille sans cesse. Comme ses camarades des autres armes peu de marins rentrent en Pologne alors sous la coupe Soviétique. Ils trouvent tous une place où s'arrêter enfin pour fonder une famille.

QUELQUES CHIFFRES

La Marine de guerre à escorté seule environ 700 convois, et effectué 690 patrouilles. Au cours de la guerre, les pertes de navires furent les suivantes :

·  un croiseur le DRAGON,

·  quatre destroyers : WICHER, GROM, KUJAWIAK, ORKAN,

·  un mouilleur de mines,

·  huit dragueurs de mines,

·  trois navires auxiliaires.



21/11/2007
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres